Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2009 5 16 /01 /janvier /2009 14:48
Pics: Proto pour une commande aka MEGA-LOW-MANY

 


                 Mon amie, Carte2sejourbonjour, en matant deux femmes qui se battaient pour un sac à main à moins 70%, a eu une révélation. Elle m'a dit: "Un homme, c'est comme un sac à main!" Le meilleur ami de la femme serait donc son sac puisque on y trimbale nos vies. Alors l'homme est-t-il, par extension, notre meilleur ami?

On lui court après, on est prête à tout pour avoir ce sac à main, qui fait briller nos yeux à travers la vitrine et chavirer notre coeur. C'est lui et pas un autre. Il est si beau, si doux, si parfait, si magnifique, si fabuleux, si évident! On donne des moyens à nos fins: comme on attrape pas un sac avec du vinaigre, on remplit durement le porte-monnaie de notre potentialité afin de pouvoir l'acquérir. On l'imagine déjà à notre épaule et super bien assorti à notre existence. C'est le début d'une nouvelle vie, de 1 on passe à 2 et à 2 on est toujours plus fort, c'est connu. On l'aime tellement! On le montre à tout le monde, on l'apporte partout avec nous, on fouille dans ses poches et on va même jusqu'à le serrer fort contre soi en publique. On lui confit notre vie en le remplissant de notre bric à brac. On se dit que se sera pour la vie, que cette fois ci c'est le bon, qu'il ne nous lâchera jamais et qu'on vieillira avec lui... Et là c'est le drame... (on a engagé des scénaristes américains pour ce moment de suspens qu'on te fait vivre lecteur)

Parfois les coutures lâchent, le sac tout entier nous quitte et nous plante là, une mal intentionnée nous le vole et on devient d'inconsolables futures veuves! On repasse dans les endroits qu'on fréquentait avec lui, on regarde les photos, on les déchire, on les scotche, on appelle notre meilleure copine pour lui raconter encore et encore notre perte. Elle nous dit qu'un sac de perdu c'est 10 de retrouvés. Mais nous on en veut pas 10, c'est lui que l'on veut! On tente de le récupérer, en portant plainte, en criant au monde entier qu'on nous l'a volé, ou en l'apportant chez le cordonnier pour lui redonner vie et un second souffle à notre histoire. Mais il n'y a plus rien à faire, on se sent trahie, le mal est fait, ça ne sera plus comme avant...

Parce que sans sac à main, la vie n'a pas beaucoup de sens et qu'on aime toutes "la magie des premiers jours où on se disait des mots d'amour": on va à la recherche du bonheur, DU nouveau sac, celui qui durera toute une (nouvelle) vie mais pas une saison ou une collection. Mais on fait des erreurs et on laisse parfois des sacs qui ne nous correspondent pas rentrer dans notre dressing, parce qu'ils se sont offerts à nous à coup de promo, on est attiré par les strass et les paillettes ou la nouvelle collection. On va de vitrine en vitrine, on multiplie les acquisitions, on en trouve un plus beau puis plus grand, plus petit, plus fonctionnel, plus tape à l'oeil: on change d'homme comme de sac! Un jour on se réveille, on a 1000 & 1 sac, 1000 & 1 peines. On finit par les solder sur ebay avec une mise en vente à un euro symbolique, l'euro de la rupture plus que consommée...

Un jour, alors qu'on s'y attend le moins, que le porte-monnaie de notre potentialité est vide (on est vêtu d'un sac poubelle et on est même pas maquillé d'abord) PATATRA: celui d'une vie et d'une seule, celui qui va avec tout et qui est à toutes épreuves, finit par nous tomber dessus. Elle a conclut, en me disant que pour les hommes, nous étions comme une paire de baskets. Certains veulent juste y fourrer leurs pieds à la va vite, à certains on fait mal au pieds, on leur file des ampoules, d'autres cherchent la paire mythique, celle qui est basique, celle qui les ''guide pas à pas, ils ont fait le bon choix, et ils y croient''... Ce jour là, bien chaussés, leur BMdouble pieds se transforment en BM tout court...


Alors ça vous fait quoi d'être un sac à main messieurs?


Partager cet article

Repost 0

commentaires

poil-au-cerveau 14/03/2009 21:24

si j'avais été sac à main j'aurai été garde fou,si j'avais été aimé j'aurai été sectionneur de pieds; de ces pieds en quête de baskets pour trempette spontanée.Mais les "si" ne sont que simagrée. J'ai toujours étais sac de sport au fond duquel quelques chaussettes pour apaiser ma marche à pied.

yaya 11/02/2009 18:01

Tu peux me souffler ta définition du D-N-M que je puisse l'ajouter à mon dictionnaire de poche? j'y mettrai une rubrique "lala france funky" (c l'appellation que je te préfère)

Et pis le sujet est super long à aborder, ce n'est qu'une approche, et pis moi je sais + parler qu'écrire alors je fais ce que je peux. Et pis ya aussi un peu de la responsabilité de sainte genneviève qui m'a coupé!

PS : Et faut dire que j'ai que ça à fouttre au travail. Je ne suis absolument pas productif et pour cause, le coeur n'y est pas!

yaya 10/02/2009 19:29

ça ne me fait rien.
Je suis un sac si peu usé que j'en ai oublié ma fonction de sac à main. J'ai même oublié la sensation d'être

chaussé, mes pieds dénudés se sont façonnés à la rudesse du sol.

J'essaye de faire l'effort de l'objectivité en abordant ce sujet précisément parce que j'en suis concerné comme

tous.
L'image que tu prends est si juste qu'elle est extensible.
Il y a celles qui ont un porte-feuille bien garni, qui se font plaisir en se procurant les sacs à main "tendance"

que les autres jeunes filles envient et il y a celles pauvre d'un rien qui ne pourront jamais avoir un sac à leur

épaule si ce n'est celui qui désintéresse tout le monde.
Il y a ceux qui ont la possibilité de changer de paires de baskets fréquemment, de se payer les plus belles, les

plus chères, les plus enviées, celles dont les passants rêveront, et il y a ceux qui se contenteront de godasses

trouées avec lesquelles ils ne seront jamais à l'aise. Et, par douleur, j'ai du mal à parler de ceux qui erreront

toujours les pieds dénudés, marqués par la dureté du sol, le coeur marqué par la violence du temps. Ils ou elles

vivront avec cette violence jamais soignée. Comme disait Jo (Shurik'n) "Le manque de Je t'aime donne la rage au

coeur". Il le savait. J'aime penser à ces oubliés qu'on oublie. Elle nous rappelle la chance qu'on a ou plutôt la

malchance qu'on n'a pas.

Parmi nos aînés, les blessés de cette quête (d'amour, faut dire les choses comme elles sont) sont nombreux.

Pourtant, on réitère les mêmes erreurs voire pire. ça m'effraye de voir ces couples qui se déchirent après s'être

aimé (encore que...). Lorsque je pense à ces femmes qui vieillissent seule. Certaines, à peine 35 ans, elles sont

déjà voués à vivre isolés. Ils ne leur restent parfois que leur enfant. Comme disait encore Jo "J'lève mon verre à

ces femmes qui, au réveil, ne sentent rien sous leurs mains". Je pense à elles aussi. ça me broie le coeur.

Certaines, le peu de tendresse qu'on peut leur manifester, une simple accolade les fait frissoner. Je l'ai vu. C'est

absolument bouleversant!
Depuis, j'ai peur pour mes "soeurs" cadettes.

Il faut savoir et donc apprendre à se préserver. On parlera (les muslims en particulier) des heures, on nous exigera

même de nous préserver sexuellement, sans trop même qu'on comprenne d'ailleurs, mais on n'oubliera de parler de la

préservation du coeur. Il faudrait qu'on apprenne à parler dans l'ordre des choses, qu'on apprenne tout simplement à

parler à nos jeunes, à nos "enfants", à nous-mêmes.
A changer de sac à main ou de paire de baskets tous les jours, on fait du mal à son coeur (sans parler de l'autre),

on le violente, on le mène vers des chemins sans issue. Chacun sait ce que son propre coeur en a enduré. On mettra

toujours la responsabilité sur l'autre ou plutôt les autres, une manière de se victimiser. C'est vrai qu'il y a dans

ce monde, des prédateurs qui ne font qu'une bouchée d'un coeur tendre. Raison pour laquelle il faut le préserver, en

prendre soin comme on prend soin d'un enfant qui nous est cher. Savoir le préserver est une sagesse. Je regrette moi

aussi d'avoir tenté de m'aventurer avec lui vers des chemins qui menaient nul part, ou de m'être laissé emmené par

certaines mal intentionnées ou maladroites. La rencontre d'un homme et d'une femme est précisément l'inter-échange

de la préservation du coeur (et non des coeurs... tt de même pas!! :-)). C'est cette préservation "sous-traitée" (si

j'ose dire... l'image "version entreprise" est maladroite) dont chacun a besoin, c'est difficile de le faire seul

pour ne pas dire inhumain. Mais c'est vachement beau comme concept!!! La création est vraiment magnifiquement faite.

C'est un véritable miracle à mes yeux cette inter-échange entre deux êtres. En plus clair, le concept de l'amour

entre deux êtres (jparle même pas de le vivre... enfin pour ceux qui le vivent :-)) c vachement beau!!
ça m'éveille le coeur tout ça.

On en parle jamais. La société en est affreusement malade mais on n'en parle pas. C'est à qui de le faire? J'aurais

aimé que ce soit le souci de tous. (voilà un sujet de société potentiellement pour ce dont je t'avais parlé). On

laisse les jeunes ou même les enfants faire ce qu'ils veulent ou encore certains les contraindront à ne pas faire

certaines choses mais on ne leur parle pas! On ne dialogue pas dans cette société. C'est une société de muets.

Merci ptite babouche pour cet ENORME sujet (bon j'avoue que je l'ai un peu élargi, jme suis aventuré à droite à

gauche), je pourrais en parler des heures mais j'en aurais mal aux doigts et pis faut dire que Sainte Genneviève

m'attend (non c pas ce que tu crois, c un rdv purement professionnel!!).
Jme régale à commenter tes articles et je t'en remercie!

S-H-S 11/02/2009 15:45



Je n'aurai jamais pensé que ce sujet te ferait réagir mais tu lui as donné une toute autre dimension! Depuis que j'ai lu ton comm', il raisonne dans ma tête... t'as été tonitruant! Ce fut un
régale de te lire(et de te re re lire)! Frais et sucré! Je n'ai rien à ajouter tu as tout dit (ou presque). Lâche surtout pas ton projet!! Mais ce qui est certain c'est que c'est moi qui te
remercie pour tes fréquentes interventions et même pour le reste! Que le D-N-M soit avec toi Mista Yaya!










  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K