Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 avril 2010 1 05 /04 /avril /2010 18:14

megalowmany-pola02.jpg

PREAMBULE: L'heure est grave! Pour ceux qui l'auraient compris, ce blog est collaboratif mais tout a toujours été mis en place pour ne jamais laisser le clavier à la TRES vieille Zora. Parce que tout ce qui l'intéresse ce sont ses baskets, ses vinyles à un SMIC, et son Low-Bike bling-bling et franchement, on s'en tape royal autant que de notre 1ere Babouche! Si on a laissé s'exprimer cette pauvre victime c'est juste pour introduire malhabilement ce documentaire, que dis-je ce "cadeau": Sneakers le culte des baskets... Enjoy!

 

 

      A la manière de Sidney dans le film Brown Sugar: "je me souviens du jour précis ou je suis tombée amoureuse" des sneakers. Mettre autant d'euros dans une paire de baskets, certains diront: FUTILITé (principalement ma mère jadis et mon banquier) mais dès que je vois une paire de sneakers mes yeux brillent et ma carte bleue finit souvent par fumer. Je ne suis pas ce qu'on appelle une freak" ou une addict" comme on dit dans le jargon de la sneak", le matérialisme et l'accumulation ayant pour limites la taille de mon placard à chaussures mais surtout celle de mon budget! Je me fiche un peu du côté technique, de la fidélité à telle ou telle marque, ou des hyperstrike (série limitée). Je marche au feeling donc au coup de coeur et ainsi mes pieds voient défiler des modèle tout aussi différents les un que les autres. Pour la société civile (et surtout mon compagnon) les sneakers ne sont pas très féminines, je ne peux malheureusement pas me rendre à un entretien d’embauche en sneakers, encore moins à un mariage ou passer le grand oral devant le jury qui va décider en 15 min si oui ou non le diplôme sera tien (quoi que.. en tong je l'ai fait!). Ainsi, de temps en temps je ressemble à femme du talon de mes escarpins jusqu'à la pointe de mes cheveux domptés. Passons et revenons à nos moutons. Ma force, comme j'aime le dire pour me rassurer, c'est mon âge avancé et au fil des années les paires de sneakers se sont multipliées... au point que je pourrai chausser tous les CM2 d'une école de ZEP. Il y a déjà 25 ans que j'ai été happé dans la spirale de la culture Hip Hop (je t'ai dit que j'étais vieille) et ça à cause de mon grand frère qui devant la TV, imitait les pas de Sidney dans Achipé Achopé. Il m'a défié de Smurfer mieux que lui et du haut des mes 8 ans je l'ai plié. Sa carrière de breaker était finie et la mienne venait de commencer. Boogaloo dans ta face frérot! On a tous un frère une soeur, un(e) cousin(e) plus vieux qui fait en partie notre initiation à quelque chose. Certains c'est à la drogue, d'autre au foot et moi c'était au Double-H. Mon rageux de frère après sa défaite chorégraphique a totalement abandonné mon éducation et est retourné à son amour pour Kool & The Gang et Shalamar... Heureusement pour moi que l'un de mes cousins avant-gardiste a repris le flambeau. Ce fameux cousin m'emmenait partout avec lui, enfin c'est plutôt moi qui le suivais partout... Je dois mon premier battle à cet hurluberlu! Sa chambre me fascinait. Aux murs, il y avait des posters où figuraient un Malcom X grandeur nature, un Pelé en pleine action ou un Mohamed Ali dans toute sa splendeur. Celui qui m’impressionnait le plus c’était celui de Tommie Smith et John Carlos (les 2 poings levés aux J.O de mexico en 1968). Il y avait aussi des étagères remplies de cassettes audio et vidéos, quelques vinyles et des piles de magazines mais surtout une étrange fresque sur le mur faite de 1000 couleurs représentant la carte d'Afrique. Je ne saurai que plus tard que c'était un graff. Je me rappelle qu'après de rudes négociations, il finit par me céder sa paire de Stan Smith toute pourrie beaucoup trop grande d'ailleurs. Mais avec 1 semelle et  beaucoup de coton c’était comme si je walkais on the moon. Moi qui croyais qu'il m'aimait assez pour me lâcher ses Troop Cobra... et bah même pas!  Quand j'y repense il n'était pas préteur surtout quand il s'agissait de son Atari 7800, de son walkman ou de sa NES. Si ce n'est pas mon cousin préféré c'est bien celui qui m'aura le plus fasciné. Il a été mon meilleur prof d'histoire et d'hiphopologie car quand j'ai eu l'âge de comprendre, il m'a offert tout ce qu'il savait sur la culture afro-américaine mais aussi sur la décolonisation. Il faut croire au miracle parce que mon cousin (parti pour 1 année à Londres) m'a confié sa collection de vinyles, qu'il finira par m'offrir plus tard, l'année de mon bac pour me féliciter de ma mention passable. Mes pieds rêvaient tout éveillés d'une paire de Nike Huarache mais ma mère n'a jamais compris ma passion. Elle n'avait surtout pas les moyens de lâcher plusieurs centaines de francs dans mon délire même si je l'ai souvent menacé en argumentant en détails qu'il pouvait m'arriver n'importe quoi, n'importe où et n'importe quand... et que si on me retrouvais morte dans mes chaussures achetées au supermarket du coin, mes pieds viendraient la hanter. Le père de Hass(Babouch), a eu pitié de ma pauvre âme qui risquait de ne jamais reposer en paix. Il revenait de New-York et m'a offert ma première vraie paire rien qu'à moi: des LA Gear Light (mais si vous savez les chaussures qui clignotaient au talon). J'ai dormi avec le 1er soir, je n'osais même pas les porter: d'une/ de peur de les salir ; de deux/ de peur de me les faire tirer... Et oui c'était déjà le H.DOUBLE.O.D, la Banlieue Nord de Paname à l'époque! Je me souviens aussi avoir claqué toutes mes économies et mes 2 premiers salaires dans quelques vinyles, un voyage à New-York et bien sûr une paire de Pump... A mon retour de NYC, la NBA était rentrée dans ma vie et j'ai largement commencé à enrichir Nike. Les grands de ma famille n'avaient plus que Micheal Jordan, Shaquille O'Neal et Magic Johnson à la bouche... mais ça c'est une autre histoire. Alors si vous voyez une grosse touffe en low-rider rose traverser Paname, une paire de Rebook Top Down aux pieds... ça ne pourra être que moi!

 

Zora corrigée, reformulée, guidée par le reste de la Team (et y en avait besoin) !

Partager cet article

Repost 0

commentaires

  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K