Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 novembre 2009 2 24 /11 /novembre /2009 21:49
Ode à la mort.

A t'attendre, je me suis endormie à même le parquet, bercée au casque par Raul Midon. Je regrette déjà ce SMS assassin que je t'ai envoyé d'impatience, te menaçant de ne plus jamais cuisiner pour toi car tu n'avais pas honoré mon tajine prétentieux. 3h05, la sonnerie de mon phone retentie (celle que tu détestes tant). C'est Isèm qui me demande de m'asseoir et sanglotant m'annonce que tu n'es plus. Je lui demande de répéter car j'ai peur d'avoir bien compris. Il bredouille les mots accident, voiture, camion, A10, mort et me raccroche au nez. Je le rappelle croyant à une blague de mauvais goût mais il ne répondra pas. J'appelle ton numéro, 1 fois, 2 fois, 20 fois mais tu ne me répondras plus. Je fais le tour de mon répertoire, en vain, à 3H59 personne ne me répondra. J’en veux au monde entier. Je ne sais où aller ni même où est ce foutu 20ekm, si demain c’est encore loin et si ça laissera le temps à mon cœur de rebattre. Tu l’as quitté, chienne de vie, ou c’est elle qui t’as quitté ? Je ne sais jamais dans ces cas là. Je me rappelle qu’on arpentait la ville en nocturne. Elle était notre terrain de jeu amoureux. On se croyait invincibles et immortels mais tu vois Monsieur S. il n’en est rien, tu n’es déjà plus là.

    Tu es celui qui m’a bizarrement manqué. Bizarrement ce mot est bizarre. C’est moins bizarre que bazar. A la bonne saison ça n’a rien de bizarre, la saison ou à Zanzibar il y a le moins de blizzard. Tu trouve ça bizarre ? Non plus rien ne m’étonne sauf le bizarre manque de toi. Je ne pensais pas que tu me manquerais tant d’où la bizarrerie.

Tu savais que le courage était inutile mais que la patience était la clé de tout. Tu es le visionnaire qui m’a appris simplement que « la lucidité était la blessure la plus proche du soleil ». Celui qui mettait les petits plats dans les grands quand il me préparait des raviolis aux chandelles (« oui mais avec du gruyère, madame ! »). Celui dont j’aimais l’ambition et la conscience. Celui qui était aussi curieux que désenchanté, qui aimait ma fragilité, mes improvisations, mon manque de maturité, ma vision singulière de la vie et qui me trouvais impressionniste-impressionnante. Celui qui me faisait rire au nez de l’adversité et qui savait que j’étais de l’Elite Sauvage. Mon un et mon multiple, ma chasse au trésor, mon homme-stan-smith.

Toi qui étais sur le même fil que moi, et qui malgré l’absence, lorsqu’occupés, nous retournions regarder tomber ceux et celles qui essayaient de nous rejoindre. Toi le spectateur de notre fil, qui patienta farouchement pour cueillir ma vertu. Ce fil était notre refuge et pour rien au monde nous ne voulions le partager. Et là sans prévenir, le coup de ciseaux fatalement final. It’s over know, It’s over know, It’s over know, scandait mon cœur.

Je me souviens de ce jour où on s’est rencontré, le temps que j’ai mis à comprendre combien je t’aimais. J’ai si peur d’oublier le son de ta grosse voix, ton visage, ton sourire. Je refuse d’évoquer ta personne au passé. Il ne me reste que l’amertume, ma nostalgie et cette douleur profonde. A tout jamais, tu resteras à gauche de mon thorax, toi mon intrigue irrésolue, mon équation sans inconnue que j’aimerai au-delà de ce foutu 20ekm.

 

Moralité, ne croyez pas que l’Océan est égal à plus l’infini et que les poissons sont en quantité illimitée. Rien ne sert de badiner il faut savoir pêcher à point. Je vous raconterai un autre jour, lointain ou imaginaire, la fable de la femme qui préférait le caviar au surimi mais ça c’est une autre histoire. En attendant, chérissez l’être aimé avant qu’un poids-lourd alcoolisé ne vous le vole sur un quelconque 20ekm.

 

Hayat la veuve noire à la prod. sur un sample verbal et une illustration de La-Babouch-K… PAIX.

 

Deux propositions musicales de monsieur Diboula, Harry de son petit nom en total adéquation avec l’article.

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Ninja 29/11/2009 14:50


Que de tristesse dans ce billet, la larme a l'oeil j'en ai. Vive la route, la route qui nous emmene d'un point A à un point B, en principe on sait où nous emmène cette route.Parfois une déviation
obligatoire sans moyen de vésqui et hop tout change, O malheur, O vie de merde des fois. Mais continuer a vivre nous devons, garder ceux et celles qu'on a perdu et à qui ont tenais au tréfond de
notre âme et au plus profond de notre coeur avec toute la tendresse que l'on avait et que l'on aurat toujours pour eux. A la mode anglish RIP. Ninja en mode sensible, mais toujours avec ses belles
phrases bizarre et sa légère folie, sa dechire sa mère, sa déchire même sa race mdr


  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K