Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 19:29
2009_10_01_Porc_Pekin.jpg Pointage. Direction le vestiaire. Enfilage de la marinière réglementaire, du pantalon et des bottes de sécu assortis. C’est  la marée basse et vous avez assurément l’allure chic d’un chirurgien-marin pêcheur. Vous seront proposés un tablier jetable d’un bleu tiers-monde assorti aux manchettes et aux deux paires de gants fortement recommandées. Vous n’y êtes pas encore mais ça sent déjà la barbaque. Ambiance Aïd-el-Kebir à l’échelle industrielle. Au programme, mélange aseptisé de graisse et de sang. Il fait froid, mais encore plus que la rumeur populaire voulait vous le faire croire.

 

Prise de poste. A la vue du carrousel transportant les carcasses du point A au point Z de la production, vous vous souvenez du petit lapin désorienté qui vous a accueilli sur le parking. Vos encouragements pour qu’il retrouve la liberté n’y feront rien, ce con court déjà en direction de sa mort programmée. Il ne sait pas qu’un lapin en amène 250.000 autres à la semaine. Ni plus qu’étourdi, saigné, dépecé et éviscéré, il finira bidoche avec pour seule identité, celle d’un numéro de lot. Sait-il que décapité, il rejoindra ses nombreux frères et sœurs consanguins crochetés sur ce tourbillon d’acier chromé qui a tout d’un manège désenchanté ?

 

Goutte à goutte d’hémoglobine. Pluie rouge qui ne tombe pas au hasard. Crissement de scie circulaire à  chaque animal réduit en puzzle. Découper, éviscérer, transporter, trainer, jeter. Voilà la gamme des possibles de votre autonomie. Ne surtout pas prendre d’initiative, sous peine de déséquilibrer le désordre qui se veut organisé. Votre mission si vous l’acceptez mettre toutes les pièces dans un ordre anatomiquement incohérent. La tête en deux placée sous les cuisses. Le râble par 3 au sud de la barquette. Une mono-dose de Marijane de Provence posée en respectant scrupuleusement le cahier des charges. Ni trop à droite, ni trop à gauche mais surtout pas au centre. Apothéose, le morceau de foie surplombant cette œuvre picassienne. C’est là que vous vous dites que quelque chose ne va pas. Le foie chez nous équivaut au cœur, y a donc comme un hic. Ici, il finit apparent à la vue de tous. Si ce n’est au kilo dans une barquette en polystyrène noir comme l’enfer.

 

Tout de suite, c’était plus clair. J’ai repensé à S. qui officiait dans ce même lieu pendant une longue année en horaires odieusement décalées. Il n’y avait plus l’ombre d’un doute, la raison était matérialisée en ces lieux. Cette raison qui fit d’elle une personne plus froide que la viande qu’elle avait brassé. Ici, l’humanité n’a pas le droit de citer, tu marches ou tu crèves. Sur une base de prédisposition à devenir l’ombre d’elle-même, là était le déclic. Parce que travailler en ce lieu 9h par jour, en compagnie d’ouvriers qui ne savaient que machinalement vivre leur vie, devait sans doute laisser quelques séquelles. Etre réduit à la flexibilité et aux cadences effrénées ça doit assurément te mettre un double-side-kick direct dans l’âme.

 

Taillable, jetable, interchangeable et corvéable à merci. Tous ensemble mais surtout chacun à son poste dans cette fourmilière où vous n’êtes qu’une particule de poussière. Il serait humain de vouloir shooter dedans à pieds joints. Et pourtant, il se trame quelque chose qui vous donne du baume au cœur. Les fourmis titulaires commencent à faire ce qu’elles croient être leur révolution. Elles osent en ces temps de disette nationale, revendiquer l’espoir paradoxal de travailler moins. Non pour gagner plus mais pour passer plus de temps en leur foyer que dans une chambre réfrigérée. Ici, le temps est long, s’il n’est mort et ses minutes dilatées. Ces milliers de barquettes qui circulent sous vos yeux finiront sur les tables de jardin en PVC vert sapin de la classe plus ou moins moyenne. Souhaitons leurs, au milieu des fumées barbecues, convivialité, éclats de rire et grand soleil. Fait-il beau dehors ? Pleut-il ? Vous ne le saurez jamais, puisque vous rentrez ici le soleil n’est pas levé et vous en sortez la nuit est déjà tombée.

 

C2SB

 

 

- Remerciements -

Merci à Madame Je-sent-la-transpi de Crevard-people qui me propose des missions 10 minutes après que l’équipe ait intégré le Goulag. Je suis disponible mais pas dévouée copine alors ne compte pas sur moi pour mendier parce que l’offre et la demande c’est pas unilatéral que-même.

Merci à tous ces lapinoux & chevreaux qui finissent mal en se sacrifiant naïvement sur l’autel de l’industrie agroalimentaire.

Mais surtout, merci à mon fidèle collant Damart de Super-Esclave qui m’a permis de ne pas sombrer dans l’hypothermie au premier quart-temps.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sanspseudo 25/05/2012 11:22


Dieu pour tous, chacun pour soi mais ton petit collant damart est so sexy 4 me. La roue tourne poupey en attendant je te convie à un BBQ extraordinaire, juré
y aura pas de lapin au menu que de la brochette et de la cot'lette marinées par mes soins, moi l'Guezzar Banlieusard. 

Djidji 25/05/2012 16:09



Sale khloto du ghetto, moi personne m'invite ? 



Chantal Bent Goyave 25/05/2012 09:25


Rédigez ici votre commentaire : ok ok je m'execute.


Si j'ai attéri là c'est la faute à Abdel-lumière.  Il est jaloux. Jaloux parce que je suis la mère d'un lapin Nain (mais bélier c'est pas
une tapette quoi). Je vais avoir du mal à me remettre de cet article et je crois que ça va être une cause légitime de rupture avec Abdel-Lumière. Ca me dégoute mais pas plus que d'avoir une
Brigitte Bardot Femme de Flic qui sommeille en moi. Je me dégoute mais pas plus qu'Abdel-Lumière me dégoute. 


J'aime bien ta  plume c'est de la bebom. C'est frais et je vais le dire à
tout le monde sauf au fan club des lapins nain-bélier qui pourrait mal le prendre. 


 


BIG UP Sista 


Chantal Bent Goya 

C2SB 25/05/2012 10:07



On connait tous la légendaire cruauté d'Abd-Nourr mais vu le lien de parenté qui nous lie elle est génétique alors désolée mais ce matin un chasseur a tué un lapin, c'était un lapin nain qui
se prenait pour un bélier!!!!


C'est pas digne d'une meuf (du) ghetto d'avoir un lapin autrement que dans une marmite also obligée de me joindre à la hagra perpetrée. Mais je vais pas trop loin parce que placer le
Minister Amer comme si de rien était, c'est pas donné à tout le monde. 


Dis le à personne sauf au fan club des lapins... j'aime l'idée qu'ils puissent couler l'industrie bouchère. 


Mahaba dans la familiz ! 






Dr Rachid-Système 25/05/2012 08:09


Bonjour, 


Je me lance, un peu intimidé de poster mon premier commentaire.


Quand vous dites que le coeur équivaut au foie, il n'y a rien de plus vrai. Le foie en effet est le siège de toutes nos émotions. 


Vous lire est un mélange de jouissance et de torture. Un peu comme ne pas pouvoir s'empêcher d'appuyer sur un bleu, ça fait se sentir vivant. Merci pour ça. 

C2SB 25/05/2012 08:42



Bonjour Docteur


Dites 33 ? 


Verdict: il n'y a pas de quoi être intimidé, on est des gentils, juré craché croix d'inox croix de formica si je mens je vais à Copacabana (y pire comme chatiment mais bon...). 


Je suis touchée quand tu dis que nous lire c'est se sentir vivant (sans squeezer le fait que ça puisse être douloureux). 


Paix à ton petit kbida et à la revoyure Docteur. 



  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K