Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
30 mai 2012 3 30 /05 /mai /2012 09:01

 

Marre de la crise, du chômage, de la famine annoncée? Marre de travailler dur, plus pour gagner moins ? Vous voulez prendre votre destin en main comme la société capitaliste vous l'intime? Parce que le changement c'est tissouite, La-Babouch-Team a la solution.

 

 

 

   Cette solution qui va révolutionner votre vie et multipliera votre mise de départ par 2000, je la garde jalousement sous le coude depuis plusieurs années. Aujourd'hui, dans un élan d'altruisme, je viens ici en ces terres blogiennes hostiles pour vous en faire part. Je vend la mèche sans espérer aucun retour si ce n'est être nommée Secrétaire d'Etat dégueulée au Redressement Productif (il est drôle ce nom de Ministère quand même).

 

Gagner de l'argent facilement peut vous faire peur. Je sais bien qu'en tant que pauvre, là le scepticisme vous emporte et vous vous dites "c'est quoi encore cette carotte". Quenéni. Défroncez vos sourcils, ce n'est pas le moment de choper une ride d'expression... laissez vous porter, vous ne le regretterez pas !

 

Rassurez-vous, c'est (quasi) légal et la matière première est en vous. Il ne s'agit pas de prostitution ou de brader vos organes en prix de gros. Ni de go-fast ou de braquos. Non, je vous propose de devenir riche à moindre coût et de votre domicile. Il ne s'agit pas de télétravail, il s'agit simplement de vous conduire à votre futur succès.

 

Oui, une richesse sommeille et vous n'en avez même pas conscience. Chaque jour, et à plusieurs reprise vous la dilapidez, alors qu'il serait simple de la valoriser. Quand vous en aurez pris conscience vous me remercierez 1000 fois parce qu'en plus de vous donner l'envie d'entreprendre, j'aurai révolutionné votre existence.

 

Je ne tiens plus, mes petits doigts frétillent en se baladant sur mon clavier parce qu'à la lecture de ce qui va suivre, vous vous sentirez bête de n'y avoir jamais pensé. Accrochez vous et lisez bien ce qui va suivre. Prenez des notes car je ne me répéterais pas.

 

Cette matière première est en vous, boire de l'Oasis Trop. est conseillé à ce titre pour la faire jaillir du geyser que vous êtes. Il s'agit d'un bizz en 2 volets, histoire de ne pas mettre toute votre urine dans le même panier. Oui, urine vous avez bien lu, il s'agit de la receler de manière lucrative. Combien de chasses d'eau tirées ? Combien de litres de ce précieux liquide ont fini dans les fausses septiques de France et de Navarre ? Toute ce pipi qui aurait pu vous rendre richement riche et aujourd'hui c'est chose possible. Mais comment faire?

 

C'est très simple.

 

Pour le premier volet, avoir une urine clean est un préalable. C'est ce que vos clients viendront chercher chez vous, une came jaune, limpide et clair. Etre de sexe masculin, est aussi non négligeable, puisque l'essentiel de vos prospects le seront. Une fois votre bizz florissant, vous pourrez engagez une employée qui comblera le marché féminin non exploité.

 

Combien ça va vous coûter ? Rien comparativement à ce que ça pourra vous rapporter.

 

Munissez-vous de flacons pour prélèvement urinaire. Ils se vendent par 70 à moins de 10€. Pour la comm. c'est très simple, il vous suffira de créer une alerte-web harponnant tout les veux types en stress, dont le pip est chargé en THC et soumis dans une échéance courte à un test urinaire dans le cadre d'un recrutement par exemple. Véridique, à la requête google 'Forum Test Urinaire Cannabis", environ 1 930 000 résultats. Il vous faudra être réactif une fois la transaction conclue, l'urine doit arriver tièdement fraîche à destination. Bon c'est le volet plus ou moins légal dans l'affaire du pipi-gate. C'est pourquoi je vais vous présenter un autre moyen sécur de monétiser votre urine.

 

Dans ce cas de figure, que vous soyez un homme, ou une femme importe peu. Votre investissement de départ, consiste à réunir des petites culottes plus ou moins affriolantes et si possible usagées. Usagées ne veut pas dire sale, de plus vous trouverez des culottes par lot dans les friperies. Voilà une manière habile de donner une seconde vie au textile tout en vous assurant une richesse programmée. Pourquoi une culotte usagée ? Tout simplement parce que vos prospects ici sont des gros cochons qui aiment recevoir des sous-vêtements souillés au jus de pipi et qui sont surtout prêt à payer pour cela. Votre investissement sera vite amorti et rien ne vous oblige à porter la dite petite culotte, vous ne vendez que de la perversité glamourisée pas du réalisme. Là, le marketing et la communication se feront via un site web. Pas besoin d'être pro, le côté artisanal est d'autant plus vendeur. Quelques photos, pas besoin de mettre un visage sur tout cela, du rose, un texte alléchant... et vous voilà refait.

 

Voilà, je vous ai offert 2 grands moyen de faire fortune à moindre coût. Tout cela est à la portée de tout un chacun, alors quand on veut, on peut !

 

Nul n'est censé ignorer la loi... C'était un message de la Confédération Générale de l'Arnaquologie.

 

PS: un grand merci à Maximinimum qui a fait germer cette idée dans mon esprit malsain. 

Repost 0
20 mai 2012 7 20 /05 /mai /2012 19:29
2009_10_01_Porc_Pekin.jpg Pointage. Direction le vestiaire. Enfilage de la marinière réglementaire, du pantalon et des bottes de sécu assortis. C’est  la marée basse et vous avez assurément l’allure chic d’un chirurgien-marin pêcheur. Vous seront proposés un tablier jetable d’un bleu tiers-monde assorti aux manchettes et aux deux paires de gants fortement recommandées. Vous n’y êtes pas encore mais ça sent déjà la barbaque. Ambiance Aïd-el-Kebir à l’échelle industrielle. Au programme, mélange aseptisé de graisse et de sang. Il fait froid, mais encore plus que la rumeur populaire voulait vous le faire croire.

 

Prise de poste. A la vue du carrousel transportant les carcasses du point A au point Z de la production, vous vous souvenez du petit lapin désorienté qui vous a accueilli sur le parking. Vos encouragements pour qu’il retrouve la liberté n’y feront rien, ce con court déjà en direction de sa mort programmée. Il ne sait pas qu’un lapin en amène 250.000 autres à la semaine. Ni plus qu’étourdi, saigné, dépecé et éviscéré, il finira bidoche avec pour seule identité, celle d’un numéro de lot. Sait-il que décapité, il rejoindra ses nombreux frères et sœurs consanguins crochetés sur ce tourbillon d’acier chromé qui a tout d’un manège désenchanté ?

 

Goutte à goutte d’hémoglobine. Pluie rouge qui ne tombe pas au hasard. Crissement de scie circulaire à  chaque animal réduit en puzzle. Découper, éviscérer, transporter, trainer, jeter. Voilà la gamme des possibles de votre autonomie. Ne surtout pas prendre d’initiative, sous peine de déséquilibrer le désordre qui se veut organisé. Votre mission si vous l’acceptez mettre toutes les pièces dans un ordre anatomiquement incohérent. La tête en deux placée sous les cuisses. Le râble par 3 au sud de la barquette. Une mono-dose de Marijane de Provence posée en respectant scrupuleusement le cahier des charges. Ni trop à droite, ni trop à gauche mais surtout pas au centre. Apothéose, le morceau de foie surplombant cette œuvre picassienne. C’est là que vous vous dites que quelque chose ne va pas. Le foie chez nous équivaut au cœur, y a donc comme un hic. Ici, il finit apparent à la vue de tous. Si ce n’est au kilo dans une barquette en polystyrène noir comme l’enfer.

 

Tout de suite, c’était plus clair. J’ai repensé à S. qui officiait dans ce même lieu pendant une longue année en horaires odieusement décalées. Il n’y avait plus l’ombre d’un doute, la raison était matérialisée en ces lieux. Cette raison qui fit d’elle une personne plus froide que la viande qu’elle avait brassé. Ici, l’humanité n’a pas le droit de citer, tu marches ou tu crèves. Sur une base de prédisposition à devenir l’ombre d’elle-même, là était le déclic. Parce que travailler en ce lieu 9h par jour, en compagnie d’ouvriers qui ne savaient que machinalement vivre leur vie, devait sans doute laisser quelques séquelles. Etre réduit à la flexibilité et aux cadences effrénées ça doit assurément te mettre un double-side-kick direct dans l’âme.

 

Taillable, jetable, interchangeable et corvéable à merci. Tous ensemble mais surtout chacun à son poste dans cette fourmilière où vous n’êtes qu’une particule de poussière. Il serait humain de vouloir shooter dedans à pieds joints. Et pourtant, il se trame quelque chose qui vous donne du baume au cœur. Les fourmis titulaires commencent à faire ce qu’elles croient être leur révolution. Elles osent en ces temps de disette nationale, revendiquer l’espoir paradoxal de travailler moins. Non pour gagner plus mais pour passer plus de temps en leur foyer que dans une chambre réfrigérée. Ici, le temps est long, s’il n’est mort et ses minutes dilatées. Ces milliers de barquettes qui circulent sous vos yeux finiront sur les tables de jardin en PVC vert sapin de la classe plus ou moins moyenne. Souhaitons leurs, au milieu des fumées barbecues, convivialité, éclats de rire et grand soleil. Fait-il beau dehors ? Pleut-il ? Vous ne le saurez jamais, puisque vous rentrez ici le soleil n’est pas levé et vous en sortez la nuit est déjà tombée.

 

C2SB

 

 

- Remerciements -

Merci à Madame Je-sent-la-transpi de Crevard-people qui me propose des missions 10 minutes après que l’équipe ait intégré le Goulag. Je suis disponible mais pas dévouée copine alors ne compte pas sur moi pour mendier parce que l’offre et la demande c’est pas unilatéral que-même.

Merci à tous ces lapinoux & chevreaux qui finissent mal en se sacrifiant naïvement sur l’autel de l’industrie agroalimentaire.

Mais surtout, merci à mon fidèle collant Damart de Super-Esclave qui m’a permis de ne pas sombrer dans l’hypothermie au premier quart-temps.

Repost 0
6 mai 2012 7 06 /05 /mai /2012 20:47

Youpi, on s'est déplacé en masse. On a voté. On est content.  Bah tu sais quoi machin, je me vomie dessus d'avoir participé à cette mascarade électorale. Ca me dégoute d'avoir contribué à ce qu'un petit homme pirouette cacahuète, accède au trône de commandeur de la démocratie représentative. Je ne me retrouve pas dans ce type, dans son programme, ni plus dans celui des autres zozos qui tapaient un battle en mode chaises musicales pour savoir qui avait le mieux surfer sur la vague.

La démocratie reste et restera la plus grande carotte du siècle. Viens pas me parler d'1.7.8.9. t'y étais pas et moi non plus. Je ne comprends pas ce pays mais il ne fascinera toujours. Il aime se rappeler de ce qu’il croit être une victoire mais préfère oublier toutes les défaites du quotidien.

 
En France, je crois que le quota d'amnésiques est record. Avoir la mémoire courte à ce point là, si ce n’est pas du masochisme, c'est quoi ? Vous aimez vous faire du mal et mieux oublier pour que le prochain shoot soit une jouissance renouvelée. Bon les gars c'est quand qu'on prend notre destin en main, c'est quand on suscite le changement, le durable, le vrai ? 
Ce pays passe sous silence sa souffrance. Il a des TOC et se sent obligé de focaliser sur des choses de l’ordre du détail. Un pays qui pourtant semble bouillonner mais en même temps est fataliste et endormi. Un pays qui s’indigne et s’indigne et s’indigne mais qui a du mal à se mettre en mouvement. Un pays a qui, on donne l’illusion tout les 5 ans qu’il peut choisir son destin  Moi j’ai tout l’impression que les dés sont pipés alors à quoi bon jouer cette partie ? Cette partie qu’on ne veut pas que je joue. Cette partie dont je voudrais être actrice mais où on m'assigne au rang de spectatrice à observer sur le banc de touche. Je ne comprendrais jamais ce pays qui voudrait que je grossir le rang des travailleurs pauvres étourdis par la société de consommation. Ce pays où les écarts socio-économiques grandissent jusqu’à se creuser et tous nous enterrer dans l’indifférence. Nous sommes des inconnus les uns pour les autres. Nous cohabitons dans un pays qui vend de l’humanisme et une vision éclairée de la vie mais qui ne sait qu’enfermer et brimer.

Donnons des moyens à nos faims. Nous avons un pouvoir infini, celui d'œuvrer à un mieux vivre ensemble et à un destin commun. Le changement c'est toi, plus moi, plus tous ceux qui le veulent, plus lui, plus elle, plus tous ceux qui sont seuls, allez venez et entrez dans la danse, allez venez c'est notre jour de chance. Aaaaaaaaah sa maman, d’une pierre deux coups je viens de placer du Grégoire et parler comme un énarque à 4 francs. Rien que pour ça je veux mourir un peu plus ce soir. Qu’est ce qu’on attend pour foutre le feu ? S’indigner c’est bien mais se « dignifier » c’est encore mieux. Autant les « c’était mieux avant » ont leurs limites mais je refuse les « c’est pas pire qu’ailleurs, on est pas si mal en France ». Tu crois quand même pas que je vais me contenter des miettes qu’on me tej à la gueule et en plus rendre la monnaie ?  

 

A ceux qui croit que la démocratie est une forme de salue bah allez vous faire voir chez les grecs. C’était un mauvais feeling de suivre ce moove et surtout de vouloir l’imposer au monde entier. L’autodétermination d’un peuple n’a rien à voir avec une histoire, qui de scrutin en scrutin est toujours la même. Tout n’est que récupération et assurage d’arrière parce que depuis le début de la campagne ils pensent tous législative… faut bien, tu me diras parce que charité bien ordonnée commence par sa propre gueule. Moi-même je me mens... à moi-même. J’ai jamais digéré les estampillassions PS sur la Marche des Beurs ou SOS Racisme… j’ai jamais digéré les Mi-Figues Mi-Raisins… en faite la liste de mes indigestions est grande. Alors je me suis jurée à moi-même de ne jamais voter PS au premier tour. Bon au deuxième tour, pas trop le choix, bipartisme oblige je me fais toujours violence.

 

Ma seule micro satisfaction dans cette affaire c’est le retour à l’envoyeur de pas mal de vautours qui squattaient le perron de l’Elysée. Bon même s’ils ne pointeront jamais à Paulemploi, j’ai tout de même le rêve fou, celui de retenir une seule mesure UMPienne : celle de la formation des chômeurs. J’entends par là les promoteurs de la démocratie, ceux bientôt au chômage de courte durée. Je les condamne à une formation en alternance ça va s’en dire en adéquation avec leurs aspirations et leurs qualicompétences. Nettoyeurs de WC pour une France Forte Harpic Bleu Marine. Bye bye Brice, Nadine, Claude, Eric, Rachida, Rama, Fadela.. ah non elles sont déjà plus là… et au reste de la promotion 2007-2012.

 

Bref c’est le moment de faire une minute de silence pour ce pauv' con qui se casse... une minute de silence pour celui qui a fait tant de bruit en 10 ans aux plus hautes fonctions... une minute de silence parce que malgré tout le changement c'est pas pour demain la veille (sauf si changer c’est régresser).  

Repost 0
6 avril 2012 5 06 /04 /avril /2012 08:16

  Saleté ! Le seul truc surgelé qui sort de mon frigo c'est par l'œuvre de ma grande énergie et non pas de ce connard de Picard. Picard comme dans Picardie, une contrée annexée de la Roumanie Occidentale qui commence en Oise et se finit on ne sait trop où ma gueule. Sans doute en sauvagerie.

 

Ma mère m’a trop violenté à coup de spatule en bois afin que je sois prête à marier et à dégager à tout moment. Elle croyait avoir tout résumé entre deux démonstrations viriles d’amour maternel avec l’adage suivant : « Un homme, ma fille, ça se retient par le ventre mais aussi par le bas-ventre ».

 

Tout un programme culinaire. Mais pour le reste ?

 

Ne te crois jamais permis de placer sous le sapin de noël imaginaire, une smartbox SM-Prono-Chic valable dans tout les peep-show de France et de Navarre. Je ne suis pas là pour assouvir tes fantasmes car n’oublie pas que tu m’as choisi Oedipiennement parlant pour que je m’occupe de toi comme ta propre mère. Alors les extras places les toi sous le coude.

 

N’oublie jamais que je pue la rue et qu’heureusement que je ne m’appelle pas Roh2f sinon je pourrais jurer qu’elle m’a mis au monde. Rappelle toi que je suis une hyène parmi les lionnes. Rien de majestueux mais tout de putassier dans le geste comme dans la pensée.

 

Je ne ferais aucun effort pour te retenir, ni stomacalement et encore moins chibriquement parlant.

 

Si tu protestes trop je ne te désignerai jamais la porte et t’inviterai à aller voir si l’herbe est plus verte et plus grasse ailleurs. Non, mon gros rassure toi, je te laisserai toujours croire que tes désirs passent avant les miens.

 

Et un jour sans prévenir, je te ligoterais après t’avoir assommé du plat d’une casserole que tu auras osé m’offrir pour la Saint-Va-T’en-Loin.

 

Je me contenterais de te ligoter… non en fait de t’écarteler après avoir pris soin de te bourrer le gosier d’un chiffon avec quoi j’aurai vaillamment récuré les WC. Combien de fois connard j’ai répété qu'il fallait lever la lunette avant de pisser ?

 

Ce rouleau de chatterton qui te servait à tout rafistoler dans ce qui nous servait de logis, sera ton dernier rempart avec la mort.

 

Aucune rançon ne sera réclamée mais on verra si ta maman chérie tient pour de bon à toi. Sinon la prunelle de ses yeux finira découpée en tranches régulières proprement stockées dans des sacs sous-vide. Point de déperdition, point de gaspille. Ta tête sur le brasero, tu n’auras jamais aussi bien porté ton surnom de bouzelouf sale halouf.  

 

Moi aussi je t’aime. Quoi tu en doutais ?

 


Mahmouda, profanatrice de conversations MSN 

Repost 0
16 décembre 2011 5 16 /12 /décembre /2011 17:16
http://lovewallpapers.org/images/wallpapers/Heart%20Island-412674.jpeg  « Certaines me prendraient pour un monomaniaque voir un déséquilibré. Je me confesse, j’aime rester des heures à observer la vie, le monde qui tourne ou scruter de tous simples détails. Un intense bonheur que de disséquer une arcade sourcilière féminine, un grain de peau, la symétrie du visage. 

 

Prendre le temps tout simplement celui de contempler ces microcosmes du corps féminin, autres courbes et lignes droites. Finalement y percevoir l’esthétisme le plus pur, la perfection qui  tout comme le diable passe par des détails. Rien de précipité mais tout d’éphémère.


Anna plus jolie que jamais, la seule qui m’autorisait à la caresser des yeux pendants des heures.  Solaire, au milieu de toute cette ombre et cette médiocrité qui faisait ma vie. Une fée dans ce monde d’ogres qu’on veut cour des miracles. Elle savait faire ses moues enfantines qui finissaient immanquablement par la trahir. Elle avait cette expressivité qui n’avait cesse de me fasciner. Elle s’avait m’écouter sans jugement avec une profonde attention même pour capter le moindre silence. Elle savait disparaitre pour laisser place à l’autre. Pourtant, elle n’avait rien de méthodique, d’organisée ou de minutieuse, elle savait juste m’apaiser. Si elle m’écoutait si attentivement c’était sans doute pour se raconter le moins possible. J’aurais voulu savoir sa vie depuis la moyenne section, j’aurai voulu qu’elle me dise tous ses secrets, l’école qu’elle fréquentait, qui était son 1er amoureux.

 

Comment savait-elle qu’il fallait à ce point se méfier des hommes sans pourtant clamer que nous étions tous des connards ? Elle savait mes faiblesses mais pas mon plus grand secret, mon fils, ma bataille. Je vais vous dire ma kryptonite. Elle l’avait sans doute deviné, tant ma vie je lui avais déballé. J’ai peur des femmes et ce depuis toujours ! Je vous crains mes Dames autant que je vous admire. Des êtres fascinantes, étranges et mystérieuses, vous êtes hyperpuissantes.

 

Vous avez tous les pouvoirs. Vous avez la maîtrise mais vous nous faites croire que nous décidons. Nous nous plaignons d’un rhume comme si nous allions mourir demain, on hurle à l’hémorragie dès qu’on s’ouvre le doigt avec le coin d’un feuillet. Pendant que vous portez et donnez la vie en toute discrétion, on voudrait être admiré pour avoir fait les courses ou avoir changé une roue. Si vous ne voulez pas, vous vous fermez et c’est fini. Si on ne veut pas, vous nous souriez et c’est ouvert. Vous nous manipulez nous faisant croire que le choix vient de nous. Vous vous relevez à toutes épreuves alors que vous êtes « frêles » et « faibles ». Vous arrivez à faire pleurer des colosses, des hommes qui se retrouve face contre terre telles des brindilles que le vent pourrait porter. Vous êtes en haut du règne animal mais vous avez l’intelligence de rester dans l’ombre. On s’effondre au premier obstacle, on boit. Vous pleurez puis vous vous relevez. Vous donnez la vie, on la prend ou perd la notre ». 

Repost 0
Published by Le bloc des lamentations - dans Homme-Femme: mode de désemploi
commenter cet article

  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K