Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 juin 2015 2 16 /06 /juin /2015 17:17

Madame, 

 

C’est l’histoire d'un CDD et d'une meuf. 

La meuf est en recherche hyper active d'emploi.

Le CDD a une durée de vie d'une année et ne répond pas à ses qualifications. 

Cette histoire, c’est la mienne, celle d’une meuf en contrat kleenex d’ajustement de la variable... d’une autre variable qui ne dit pas son nom. Tantantan.

C'est pourquoi je t’écris Madame.

Je tenais à rester inscrite sur tes longues listes de demandeurs d'emploi VIP, afin qu'un jour (sait on jamais par miracle) un emploi en adéquation avec ma formation puisse m'être proposé ou encore mieux mais pas plus réaliste : une formation.

Mais toi, tu ne veux pas Madame qu’on reste en contact. Toi, tu me dis que du travail y en a pas et que des formations aussi, parce que de l’argent dans tes caisses il n’y en a plus.

Alors tu crois que c’est mieux que les chiffres ils disent d’eux-mêmes que je ne suis plus en recherche active d’emploi.  

Mais moi, Madame, j’aime pas bien me faire recaler de ta liste de la nuit alors que j’avais une tenue correcte exigée. En plus tu sais que le 3949 moi je ne peux pas trop. Mon forfait il aime moyen.

Tu pourrais au moins me dire les choses en face, tu le sais que mon petit cœur supporte ces choses. Alors Madame, dit moi pourquoi tu veux pas sortir avec moi ? Ou c’est Paul, qui ne veut pas que tu sois autre chose qu’une chasseuse de demandeurs d’emploi vampires à irradier ? Bah didonc ce sport toi et les autres Madames ça semble quand même vous occuper à plein temps.

 

Moi tout ce que je sais c’est que c’est un peu froid, caricatural et impersonnel comme rupture. On ne mérite pas mieux, Madame, que du zèle bureaucratique ? Toi, tu ne veux pas de moi Madame. Toi, tu as seulement ordre de me liquider, parce qu’à défaut de me laisser sur le bord de la route tu m’as mis sur la voie rapide de ta machine à écraser les gens. Pas vu pas pris, que tu crois.

 

Comme si le monde de l'emploi était un voyage en terre inconnue, tu viens, toi, qui exerce un métier qui sans moi et les autres, n’existerait pas, de me rayer une énième fois de tes précieuses et interminables listes de demandeurs d’emploi. Oui c’est pas toi c’est les autres, le système tout-ça-tout-ça mais y a bien un individu qui clique quelque part dans ton logiciel, pour que nous soyons divorcés moi, toi et Paul ?

 

Les jobs ingrats et alimentaires ne me font pas peur, et tu le sais, mon CV peut en attester. Mais l’amour propre, elle, n’a pas de prix Madame. Merci pour ton unique proposition : un contrat aidé niveau Master à temps partiel… mais non merci. Je sais comment ça va finir ton histoire là. Je vais pas aider le système à me l’enfoncer profond sans lubrifiant encore un peu et toujours plus.

 

Alors, je ne te remercie pas mais te dis à bientôt, un an en CDD c’est si vite passé alors pour sûr on va se revoir Madame. Non-merci pour mon Projet Personnalisé d’Accès à l’Emploi qui se résume à 2 rencontres, inscription comprise en 3 ans. Non-merci surtout pour l’unique proposition d’atelier a.k.a. l’entretien d’embauche … avec une intervenante précaire qui comprenait rien à mon cœur de métier, que j’ai dû tout lui expliquer en même temps qu’on simulait un simulacre d’entretien d’embauche. 

 

Radier c’est bien Madame mais conseiller et s'entretenir avec ton portefeuille de 212,38 chômeurs, moi y compris, me semble faire partie prenante de tes attribu-fonctions. Merci d'incarner un simple appareil statistique et de ne pas m'avoir accompagné dans ma recherche d'emploi. La valse du je te radie pour rien, je me réinscris ne me fait pas tourner la tête, bien au contraire. Je ne touche aucune allocation alors sincèrement toi et Paul, radiez moi, radiez moi et radiez moi encore de vos statistiques et en un clic je me réinscrirais. En attendant, dansons encore un peu mais évite quand même de m’écrabouiller le gros orteil gauche.

 

Très cordialement Madame. Passe le bonjour et l’expression de mes salutations ô combien distinguées à Paulo. 

 

Mademoiselle 3478??3F

Paul Désemploi, c’est la bataille, c’est la bataille.
Repost 0
Published by Mlle 3478??3F - dans La-Babouch-K-omprend Rien
commenter cet article
22 février 2015 7 22 /02 /février /2015 18:04
Visuel, sonore, les deux et à caractère évolutif: le truc du moment... quoi ! 
 
 
Repost 0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:56
              Pour le meilleur et pour le pire, la Banlieue est devenue une Appellation d'Origine Contrôlée. C'est un peu une bouchée d'exotisme pour pas loin et pas cher. Sacrée altérité qui attire autant qu'elle répugne!
 
Le problème de l'exotisme c'est qu'on le fantasme, l'idéalise mais qu'on s'en lasse. Souvent, on en a peur car une trop grande consommation peut nuire à la santé voir perturber une existence et surtout parce qu'on ne le connait pas.
 
La Banlieue c'est comme un nouveau né, on la regarde de haut avec curiosité, lui fait des grimaces, des chatouilles, la tient par la main, lui raconte des histoires pour l'endormir...
 
Ce petit enfant fascine par sa culture, ses normes, sa langue, ses codes et ses valeurs si différents des nôtres. Nous qui? Eux. Les gens civilisés. 
 
Intégration, réinsertion, discrimination positive, précarité, échec scolaire, délinquance, harcèlement policier, sexualité taboue, nostalgie du bled... C’est donc ça qui vous plaît tant ?
 
Qui fairait confiance à un enfant? Parfois on la patèrne souvent on le punit, lui met des limites  en lui disant ce qui est bon ou pas pour lui. On autorisera cette bouchée d'exotisme à devenir sportif, rappeur, acteur voir écrivain mais pas trop non plus, pas folle Marianne de la République et de Navarre.
 
Effrayer, divertir et amuser les foules voilà sa mission. Si on allait à Tahiti, ou dans le train fantôme pour réfléchir ça se saurait. Des sensations fortes et la monnaie s'il vous plaît... On aime ça le dépaysement mais on oublie pas de lui dire que jamais au grand jamais il ne pourra prendre l'ascenseur social et restera aliéné à sa condition aussi peu enviable qu'elle semble être.
 
"L'homme doit faire ce qui est en son pouvoir pour s'élever" mais pas l'exotisme, elle est juste un enfant. Un enfant contredit rarement sa mère et obéit. Combien de "vendus"? de talents gâchés-fâchés? d'ambitions courcircuitées? de brimades et d'humiliations?
 
Une fois qu'on fait le tour qu'on a mit aux limites de l'exotisme, qu'on l'a bien violé et épuisé en réunion, on lui éjacule à la face. Alors que d'étonnement quand l'exotisme pond des hommes dangereusement doués, talentueux, intelligents, cultivés et propre sur eux. 
 
I have a dream... Non! Car je veux du réel, du palpable, du concret. Mes parents ont assez rêvé comme ça et bizarrement ils ne sont pas sortis de leur cauchemar. 
 
J’espère qu'un jour, on ne me demandera plus mes origines avant mon prénom. Qu'on ne s'étonnera plus du fait que je sache lire, écrire, décrocher des diplômes et que je ne sache pas cuisiner la pastilla au pigeon. Qu'on comprendra que je ne suis pas le beur coincé entre deux tartines de méditerranée et que je ne revendique pas mon appartenance à la salinité de la mer.
 
J'ai compris le jeu de l'intégration-excluante, que la maîtrise de la langue française ça reste l’une des clefs de la réussite. Déjà qu’on part handicapé, on ne va pas en plus s’auto-détruire ! A croire que ceux qui écorchent la langue de Molière le font exprès.
 
Malgré les efforts accomplis, on nous corrigera toujours (pas forcement avec bienveillance) pour nous rappeler gentiment que si on retrouvait nos racines du mauvais coté de la méditerranée, ça arrangerait pas mal de monde ! 
 
Chère Marianne, accroche toi, laisse moi te montrer que tous tes enfants se valent, t'étonner à mon tour, te déboussoler et te faire ravaler ta bétise...


 

Pics: Pris pour cible...

 
Merci, Madame F. pour le goût et l’amour de la lecture que vous m’avez transmis, pour cette simplicité malgré votre niveau dans l’échelle sociale, pour vos stimulations, pour cette ouverture d’esprit et parce que vous vous intéressiez à nous. J’ai lu des livres sans y être obligée! Et j’ai compris que ce n’était pas une contrainte ou un stratagème de la part des profs pour enrichir les libraires ! Je ne pourrais jamais vous bénir suffisamment Mme F., vous êtes à la fin de votre mission et je pense que vous l’avez accompli avec passion.

 

Repost 0
21 février 2015 6 21 /02 /février /2015 14:15
    
 
Lâche pas le FCN!
 
Un jour, toi aussi, tu pourras devenir manager. Porter de belles chemises blanches. Avoir un air arrogant et péteux. Même qu'au fond de toi tu sauras que t'as ruiné ta vie et tes rêves de jeunesse (qui rappelle toi étaient de devenir danseur au Bolchoï de Pattaya). 
 
Mais peu importe...
 
Tu kifferas donner ta force de travail à un clown américain même pas drôle, à raison de 60H par semaine, pour la modique somme d'un SMIC virgule 4.
Et tout ça avec le sourire parce que... "i'm lovin it" et que tu sais qu'à la fin de ta dure journée de labeur tu pourras manger pour 5 points voir plus si affinité.
Bah oui parce que le manag'shift c'est toi bordel!
 
Et tu maltraiteras les petits étudiants, futurs pro du lobby, comme on a pu te maltraiter. Tu t'interposeras entre le client et le collègue subalterne qui lui n'a jamais raison, même si le dit client lui a dit : "Salut ça va, on baise ce soir" ou encore "Vous êtes aussi délicieuse que ce sandwich mamzel"...
 
Je ne sais pas ce qu'il y a dans la salade iceberg mais ça doit pas être très évangéliste tout ça. Tu es atteint du syndrome de Stockholm. 
Même tes jours de congés, tu reviendras avec ta femme manageuz, elle aussi mais chez KFC, et vos 2 enfants pour leurs montrer à quel point t'es fier de contribuer à la mondialisation à ton échelle.
Alors que quand un américain passe au resto, t'es pas fichu de lui dire bon appétit dans sa langue...
 
Tu auras interrompu tes études, parce que te taper tous les rush ça donne plus envie de faire des pointes (oui danseur au Bolchoï de Pattaya tu as déjà oublié ton rêve le plus fou alors que tu n'es pas encore manager)...
 
Et là, tu scruteras du comptoir, la salle blindée ou vide ça dépend du moment: qui mange un mercredi après midi ne mange pas un dimanche matin (je me comprends).
Tu seras en panique pour rien même que tu crieras sur tes collègues alors que c'est ambiance "pump it up" à la base. 
 
C'est la grande famille DoMac mais ça tu l'oublieras quand un client mécontent hurlera que son CBO n'est pas assez chaud... (Il voulait commander un sodebo, le bougre, tu as rigolé intérieurement mais pas trop pour pas faire fuir l'homme qui mange avec ses doigts dans un plateau mais qui paie en Gold. Bah quoi? C'est exotique DoMac et ça change du traiteur à ce que j'ai entendu). 

Alors que toi, t'y es pour rien, t'es pas dans la prod et que t'es super scrupuleux sur les timers... mais pas trop business oblige !

Bon bon, je me chut sachant que déjà t'as d'autres chats à fouetter 
Bah quoi, n'est pas cadre à la française qui veut l'être
et non je n'ai jamais travaillé chez DoMac
et oui je n'aime pas la ponctuation!
 


         

Pics: dédicacé à Keny my Tallz et à mon amour pour mon frigo

           

ABCD'R :

FCN: frites chicken nuggets (le lieu ou on fait de la friture en gros)
5 points: ce que Ronald t'offres pour manger, sachant qu'avec ça tu peux pas composer un vrai menu - Ronald est généreux, pas fou!
Buisines goes on!
Manag(er) Shift: c'est l'Homme de la situation, il surplombe la salle avec fierté et crie tout le temps mais qui par roulement finit par faire des frites
Lobby (être de): le ménage en salle quoi sans oublier les WC
La salade Iceberg: elle est aussi dangereuse pour ton palet que pour le Titanic (non elle est trop bonne en vrai mais comme je suis en froid avec Ronald je lui ferais pas ce cadeau)
Rush: phénomène spatio-temporel étrange: 11H45-14H15 , 19H15-22H30, les estomacs sur pattes se ruent
Pump it up / grande famille: ça se passe de commentaire mais le tutoiement est de rigueur dans la Ronald family
CBO: Chiken Bacon Oignon (les clients ça les rendaient fou, la bave au coin de la bouche, tels des zombies...)
Prod (ou BIN): le machin où y a tous les sandwichs en attente, style c'est ça le produit fini
Timers: les chiffres sur les sandwichs dans la prod'; auxquels t'as rien compris toi de l'autre côté du comptoir - indiquent le moment de péremption de ton sandwich (oui un sandwich ça vit 10 min en gros)

Repost 0
22 décembre 2012 6 22 /12 /décembre /2012 17:53

 

 

PB080006.jpg

 

 

Le moniteur auto-école est un bipède de la tribu des abrutitum-embrayagum. C’est une espèce dont la population reste relativement stable et qui vit en captivité au sein de l’habitacle de son véhicule à double-commande.

 

Son vocable reste limité et il n’y peut rien. En effet, des journées entières, il côtoie bon grès malgré des adolescents qui finissent à peine de muer. Cependant, ce facteur environnemental nocif au bon développement de tout humain normalement constitué, est vécu par le moniteur auto-école comme une force. Il se gave de cette nourriture pétrolifère afin de survivre et de se donner l’illusion de niquer la routine qui l’a pris en otage.

 

Ses élèves tantôt pigeons, tantôt clients lui assurent son revenu mais également la jeunesse éternelle. Voir défiler la jeunesse, lui donne le sentiment de la comprendre et ainsi d’être en mesure de l’amener au mieux vers les voies de stockage de la liberté. Cette posture de mentor, le rend charismatique et puissant. Il a le savoir et vous avez le chéquier. Il sait manœuvrer avec l’auriculaire gauche, vous n’êtes qu’une merde. Le moniteur auto-école se veut vecteur de pédagogie et pourtant au fil des leçons il finit par vous faire intérioriser que vous n’êtes bon à rien et surtout que la conduite ce n’est pas inné.

 

Le moniteur auto-école, toujours en retard, n’a pas de montre. Il ne vit pas dans notre espace-temps mais il sait instinctivement quand la leçon est finie. C’est bien pourquoi l’heure de conduite est habilement appelée « leçon » car elle oscille autour des 45 minutes, bilan compris. Cependant statuer autour de 45 minutes reste en débat au niveau des plus grandes instances internationales. Doit-on décompter les nombreux coups de téléphone, SMS frénétiquement envoyés et les courses diverses et variées ? Doit-on blâmer le moniteur auto-école car il reste humain et a des besoins primaires tels que ceux de communiquer, d’acheter une baguette ou de passer à la pharmacie pendant la leçon de conduite ? Non, il n’en est rien ! Faire le taxi a nécessairement une portée pédagogique : à manœuvrer vous apprendrez, ses courses il pourra faire....  et votre patience échaudée sera.

 

Le moniteur auto-école est doué du don d’ubiquité et ainsi peut-être à deux endroits en même temps. C’est d’ailleurs une prédisposition naturelle et nécessaire pour assurer cette fonction. Il a en effet la capacité de se concentrer sur sa conversation téléphonique tout en jetant un coup d’œil à votre conduite. Et ça, ce n’est pas donné à tout le monde !

 

Le moniteur auto-école est un animal sociable. Au fil des leçons, une forme de familiarité s’installe et fatalement son petit monde n’a quasi plus de secret pour vous. Vous saurez assez rapidement tout de lui, de manière directe ou indirecte lorsqu’il hurle dans son kit main-libre vissé à son oreille. Entre un « tourne à gauche » et « va tout droit », on finit par tout savoir de ses enfants, de ses vacances, de son patron qui est con, de sa mère, son père, ses frères et de ses sœurs ohoh se sera le bonheur. On sait que ce soir il mangera de la paella, qu’il a été en vacances à Los Angeles, qu’il a une MST ennuyante mais pas mortelle. On sait tout de ses amis, de ses amours, de ses emmerdes, de qui il a sauté, qu’il il veut sauter et qui il sautera.

 

Le moniteur auto-école est un être doué de vivacité. Si vous faites preuve d’une faute d’inattention et au passage accidentogène, il conclura dans la foulée sa conversation téléphonique par un : « bon je te laisse mon élève fait n’importe quoi, il essaie de nous tuer !!». Si vous doutiez de la nocivité des ondes téléphonique, vous avez la preuve, qu’elles ramollissent à coup sûr l’encéphale. Le moniteur auto-école sait aussi revenir à la réalité, d’un œil observer l’itinéraire et de l’autre, s’exercer au championnat du monde du SMS le plus vite envoyé.

 

Les moniteurs auto-école sont de tout type. Des sérieux au professionnalisme pas encore échaudé mais aussi un paquet de foutus frustrés. Il y a ceux qui hurlent toute l’heure et ceux qui sont au bord de l’autisme. Ceux qui mangent ou fument pendant la leçon. Ceux qui s’endorment et ceux qui sont en suractivité afin de pallier à l’ennuie d’une morne existence. Ah pardon, le moniteur auto-école ne s’ennuie pas, il analyse la situation !

 

Voilà, vous savez à présent tout de cet hybride mi homme mi machine, si proche de nous et mais tellement perché… émissions carbones inhalées à hautes doses oblige ! Dans un futur proche, le moniteur auto-école sera livré avec une oreillette Bluetooth pré-greffée, ainsi qu’une panoplie de sujet de conversation et de blagues pas drôles mais cependant utiles, la mauvaise foi est en option mais cependant à prix abordable… pour la pédagogie il faudra compter un supplément et sans doute en perspective, une augmentation de salaire.

 

En tout cas, sécurisez votre conduite, gardez le regard mobile et lointain, accessoirement la pèche et n’avalez pas le noyau. 

 

7atist'ment-Votre

 

 

Repost 0

  • : Le BLOG de La-Babouch-K
  • Le BLOG de La-Babouch-K
  • : Nous, notre gueule & l’ego-trip de notre notre propre personne.
  • Contact

Intro à la Conclusion..


La-Babouch-K® est née d'une fusion entre une chaussure pointue aérodynamique reçue en pleine face et d'une matriochka alcoolisée au thé à la menthe.

Bon ok, en vrai c'est parce qu'elle est ethniquement beur demi slave et qu'elle a une passion pour la chaussure pointue d'Afrique du Nord.

La-Babouch-K® c'est toutes les babouches (K ou pas), co-auteurs et instigateurs d'idées pour l'alimentation de la billetterie blogienne.

Alors, enfile tes babouches, n'hésite pas à laisser tes impressions, critiques, idées ou suggestions...

Bonne errance en Babouch-K-ratie ®.

Recherche-K